les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du Forum
les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Détective Conan

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du Forum -> Roman -> Une Journée Ordinaire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Le Big Boss
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2013
Messages: 474
Localisation: Jardiland

MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 21:57 (2015)    Sujet du message: Détective Conan Répondre en citant


POV 3ème Personne 

Shinichi Kudo se réveilla une nouvelle fois en tant que Conan Edogawa, ça faisait maintenant 3 ans qu'il chassait les hommes en noirs pour détruire leur organisation, 3 ans aussi qu'il souhaitait revenir dans son corps d’origine pour revenir comme avant et vivre sa vie avec Ran. Enfin ça c'est le topos, en vrais... Voici une journée ordinaire dans Détective Conan. 

POV Conan 

J'étais réveillé à 6 heures du matin, on était Dimanche donc j'avais pas cours aujourd'hui, mais j'avais mal dormi de la nuit à cause du vieux qui ronfle comme une locomotive à vapeur. 
Heureusement je vis Ran arriver pour le réveiller d'un bon coup de pied au cul. 

Kogoro : Mais ça ne va pas, t'es folle !? 

Ran : Tu peux m'expliquer pourquoi t'es rentré à 3 heures du mat, bourré, avec une jolie femme sous le coude... Mais surtout pourquoi elle est encore là !? 

En effet une jolie brunette de 21 ans se trouvait dans le lit de Mr Mouri et elle fut réveillé par tout le boucan causé par la fille de ce dernier. 

Femme : Qu'est ce qu'elle a à gueuler l'autre ? 

Kogoro : C'est rien, c'est juste ma fille. 

Ran : Que dirais maman si elle voyait ça ? 

Kogoro : Mais tu fais chier avec Eri, on a divorcé, je ne veux plus d'elle, donc maintenant tu vas me laisser vivre ma vie tranquille sinon tu auras à t'occuper du morveux toute seule, c'est comprit !? 

Ran : Papa !!! 

Elle voulait lui faire une prise de karaté à tonton, ce qu'elle fit, mais elle lui brisa la nuque par la même occasion. 
L'autre jeune femme fut choqué en voyant ça et elle perdit connaissance. Quand à Ran, comme j'en avais marre de son comportement, je l'endormis avec une fléchette de ma montre tranquillisante. Je soupirais à ce moment là car j'en avais marre de Ran. 
Elle fait chié cette meuf, à toujours se mêler de ce qui ne la regarde pas, à flipper pour n'importe quoi, à toujours pleurnicher à propos de Shinichi.... PFFFFF, comment j'ai pus l'aimer ? C'est décider, je vais faire ma vie avec Shiho, elle est trop classe cette gonzesse. 
Me voila donc levé pour m'habiller, ceci fait je quittais la piaule pour faire un tour dehors, mais une fois arrivé sur le trottoir, que ne fut pas ma surprise de voir Hattori et sa copine arriver tranquillos vers moi. 
Et évidemment la première réaction du garçon d'Osaka en me voyant fut la même que d'habitude. 

Heiji : Oi Kudo ! 

Conan : Hattori.... 

Je lui braquais mon Colt 1911 sur lui avec un air "Tu m'as appelé par le mauvais nom." 
Comme d'hab, il tenta de se rattraper d'une façon complètement raté, mais là il gagna le gros lot. 

Heiji : Je voulais dire, Kudastrapactas oh oui c'est le meilleur des jambons ! 

Il attrapa une canne et un chapeau en plein vol puis les enfila et commença à danser avec Kazuha ainsi que Masumi et Jodi qui arrivèrent dont ne sait où. 

Heiji : Venez en acheter chez Lidl, c'est ouvert tous les mardi sauf quand il neige car.... 

Ce n'est pas que je m'en foutais de sa chanson mais j'entendis alors une voix appeler un nom dans la rue, une voix terrifiante, celle de Gin. 

Gin : Sherry ? Sherry !? Sherry !!? 

Harry : Cheryl !? Vous n'auriez pas vue ma petite fille, elle s'appel Cheryl. 

Gin : Non et vous n'auriez pas vue une scientifique, cheveux auburn, sentant la fraise ? 

Harry : Si, chez le professeur Agasa tout à l'heure. 

Gin : Cool, merci, je vais prévenir cette personne. 

Dit il en pointant du doigt Vodka qui était planté sur le trottoir comme un lampadaire, même les chiens du coin lui pissaient dessus en le confondant avec l'objet en question. 
Je pris peur en voyant ça et grâce à un recours scénaristique très connu, je me retrouvais devant le domicile d'Agasa bien avant Gin et ses potes. Il faut que je prévienne le prof et Haibara, et ensuite je vais lui révéler mes sentiments, je suis sur qu'elle en meurt d'impatience. J'ouvris le portail puis je me posais sur le seuil de la porte d'entré et je sonnais en attendant que quelqu'un m'ouvre. 
Ce fut Mitsuhiko qui m'ouvrit, il était vêtu assez sobrement et il semblait à peine réveillé. 

Moi : Agasa et Ai sont là ? 

Mit : Yep, rentre. 

J'entrais justement et je remarquais à peine arrivé au centre de la pièce, le cadavre en décomposition avancé de Genta sur le canapé du salon, il était mort d'une overdose de ramen après avoir fait un concours avec Naruto. 

Mit : Faudrait se débarrasser du corps, ça schlingue ! 

Moi : Où sont les autres ? 

Mit : J'ai vu Agasa endormir Ayumi et Haibara avant de les entraîner dans sa chambre pour son "Heure Spéciale Folie". 

Moi : Il recommence ! 

Je sentis une infâme colère m'envahir et mes cheveux se formèrent en pic et devinrent blonds, j'étais rentré en mode Super Saiyan. 
Je montais en vitesse rejoindre la chambre d'Agasa, la porte y menant valsa en morceau et mes cheveux éclairèrent l'endroit plongé dans le noir. Je vis alors le vieux dans son pieu, tenant avec ses deux bras les deux filles endormis à ses cotés. 

Hiroshi : Hé Shnichi, tu veux tester ma nouvelle invention ? 

Moi : Espèce de connard ! 

Heureusement j'avais avec moi mes supers chaussures, donc je sortis un ballon de foot de ma ceinture et je le percutais avec ma grosse puissance pour l'envoyer dans le professeur. 
Ce dernier traversa le lit, le coupant en deux, puis le sol et fut envoyer de nombreux mètres sous terre. Les deux filles furent réveillées en sursaut et toutes nues. Elles me regardèrent avec une expression de choc, même si Ai put reprendre son poker face habituelle. 
Ayumi fut la première à se diriger vers moi et je la dégagea derrière moi comme une merde. 

Moi : Vas voir Mitsuhiko si j'y suis ! 

Elle se barra en chouinant, elle ne valait pas mieux que Ran. 
La femme restante resta de marbre et vint me voir avec son regard froid. Tu vas voir, je vais bientôt te décongeler ma petite. Je la vis alors sortir de sa blouse qui traînait par terre, une fiole contenant une drôle de substance. 

Ai : L'antidote permanent est près, en faite il me fallait juste du Sperme de Yak. 

Moi : Cool. 

Je l'a pris alors violemment dans mes bras et la fit boire une partie du contenu et je bus le reste. 
Elle ne comprenait pas pourquoi la pauvre mais bientôt on sombra dans l'inconscience pour se réveiller complètement nu, même si elle l'était déjà à la base, mais elle ne semblait s'en rendre compte que maintenant. Elle me lança un regard froid. 

Shiho : Pourquoi !? Je voulais rester Haibara ! Tu veux me faire souffrir encore plus en allant voir ta.... 

Moi : Oh mais Ran, je m'en bas les testiboules ! 

Elle pencha la tête sur la coté sans trop rien comprendre. 

Moi : C'est qu'une chouineuse, en plus elle va finir en taule pour avoir buter son père, alors viens dans mes bras, il n'y a eu qu'un ange dans ma vie et elle s'appelle Shiho Miyano ! Et je sais que tu m'aime alors te plains pas ! 

Shiho : Pince moi je rêve. 

Elle fut alors pincer par M. Krabs qui passait par là tandis que Jean Pierre Coffe cria "Fraise" en sentant l'odeur de Shiho alors qu'il passait devant la chambre. 
Immédiatement après ça, ma jolie dulcinée me sauta dans les bras et on s'échangea un long baisa qui dura jusqu'au soir même, vers 19 heures 30. Nous nous dirigions ensuite en silence dans la chambre de Ai et sautions dans le lit, faisant bondir comme un ressort, Vermouth qui dormait dessus, et qui valsa par la fenêtre par la même occasion. Suite à çà, je me précipité dans les draps avec la femme que j'aimais et qui avait un an de plus que moi, je me tapais une adulte ! 
Car oui on s'échangea des baisées, on se toucha nos corps mais à la fin je pus entrer en elle et sans capote. 
Elle cria mon nom et moi je criais "Shoryuken !", ce qui embrasa les draps par la même occasion mais on s'en foutait. 
Ce qui arrêta notre acte un bref instant, c'est la présence d'Agasa au niveau de la porte avec une caméra. 
Nous tournions nos regards vers lui, ce qui le fit réagir. 

Hiroshi : Faites pas attention à moi, allez faites nous de beaux enfants ! 

Je commençais à en avoir sérieusement marre de ce scientifique à deux balles qui fait toujours tout péter comme pour le réveil de Haibara qui explosait chaque matin.
Je sortis mon gun et voulus lui tirer dessus mais l'ange à mes cotés baissa mon arme avec un regard plein d’empathie.

Shiho : Ne fais pas ça...

Je l'écoutais, ce fut à son tour de sortir de derrière elle une grosse arme, un RPG 7.
Elle balança une punchline avant de faire feu.

Shiho : Vous avez toujours aimé les explosions, n'est ce pas Hakase ?

La roquette partit vers le bougre qui put voir la mort lui foncer dessus, elle le fit traverser la fenêtre et l'envoya jusqu'au 7ème ciel avant d'exploser, le tuant sur le coup.
J'étais content qu'on en ait enfin fini avec le vieux, on pouvait reprendre l'acte sexuel tranquillement.

POV Shiho 

Ce fut le meilleur moment de toute ma vie, je n'y croyais toujours pas, je venais de faire l'amour avec Shnichi ! 
J'étais alors plongée dans mes pensées, isolée du monde 
Encore ce matin, je n'aurais pas cru pour tout l'or du monde, qu'il allait jeter Ran et venir à moi, mon rêve vient de se réaliser. Il nous reste plus qu'à avoir un enfant et l'élever, ce sera magique comme Kaito ! 
Je sortis de mes pensées pour voir que le grand détective avait allumé la TV et il se fumait un gros cigare en me tenant avec son bras gauche, il portait aussi des lunettes en forme de dollars maintenant. 
Il y avait un reportage sur la mort du Détective Endormi, alias Kogoro Mouri, ils étaient entrain d'interroger 3 personnes qui s'étaient déplacés pour l'occasion, à savoir l'Inspecteur Misao Yamamura de la préfecture de Gunma, l'Inspecteur Sango Yokomizo de la préfecture de Shizuoka et son frère Jugo qui est inspecteur de la préfecture de Kanagawa. 

Misao : Pourquoi !? Pourquoi !? J'étais son plus grand fan, maintenant mes collègues vont à nouveau me traiter comme un moins que rien ! Même ma grand mère va être déçu en apprenant ça, je peux au moins faire une photo du corps s'il vous plait !? 

Sango : Mouri-san ! Mais comment vais je faire sans le Détective Endormi pour m'aider dans mes enquêtes !? J'étais son plus grand fan ! 

Jugo : Je l'ai jamais vraiment apprécié ce Détective Fumeur, au moins mon frère arrêtera de me faire chier à parler de lui.... Je rêve où l'autre là bas il fait un selfie avec le cadavre !? 

Heureusement à ce moment là mon petit copain zappa sur une autre chaîne où il passait un bon vieux feuilleton "Chiba, chien fidèle". 
On y voyait l'Inspecteur Juzo Megure enlever la laisse de Chiba, un flic, et sortir un os de sa poche. 

Juzo : Chiba, attrape le nonos ! 

Chiba : Bien chef ! 

Il lança l'objet très loin et comme un bon toutou, Chiba obéit et commença à courir à quatre patte dans la prairie avec une musique triste en arrière fond sonore. 
Finalement je ne pus voir la suite car Kudo-kun avait décidé d'éteindre la TV car il semblait avoir entendu du bruit. 
En effet une voix se fit entendre du salon. 

Gin : Sherry, je suis rentré ! 

Moi : Ciel, mon mari ! 

Il arriva alors dans la chambre avec une bouteille de champagne dans sa main gauche en mode "Hé hé hé !" mais il se gela sur place et laissa l'objet tomber sur le sol, s'éclatant et déversant son contenu sur le beau tapis. 

Gin : Sherry, comment ose tu !? 

Shnichi : Je suis juste le facteur, l'amant c'est Subaru ! 

Et en effet je vis Subaru Okiya sortir de l'armoire en slip kangourou et regarder Gin avec mépris. 

Gin : Comment peux tu faire ça à moi !? 

Subaru : Hé bien.... 

Il enleva alors ses cheveux qui étaient en réalité une perruque, il jeta ses lunettes et un bonnet lui poussa sur le crane tandis qu'une clope lui apparut dans la bouche comme pour Gin. 
Je le reconnus alors, c'est le petit copain de ma sœur et aussi l'homme chelou qui nous suivait à une époque. 

Shuichi : Je suis Shuichi Akai, ah ah ! 

Et il sauta sur l'homme aux cheveux d'argents et commença à l'embrasser fougueusement, mon cerveau planta à ce moment là. 

Agfeukepousekeufreutyumoupilaz 

Ouais même mes pensées étaient à l'ouest. 
Je ne pus compter que sur l'aide de mon sauveur à mes cotés qui me prit le bras et m’entraîna loin de ces fous. 
Nous sautâmes par la fenêtre comme deux amoureux. 
Durant la chute, on en profita pour s'embrasser et parler entre nous. 

Moi : Merci Kudo-kun. 

Shnichi : Appels moi Shnichi, Shiho. 

Moi : Shnichi, c'est drôle mais ça sonne comme un nom de chèvre. 

Shinichi : Béhhhhhhhh !!!! 

Après 1 minute de chute du premier étage, nous fûmes amorti par une personne qui passait par là à ce moment là, ce n'était autre que Maxime Moulin. 
Il fut assommé par le choc et on pouvions alors nous relever sans trop de problème en nous débarrassant des débris de verres sur nos corps dévêtis. 
Après ce moment douloureux, nous quittions le jardin pour nous retrouver sur la route devant la Maison d'Agasa.

Shinichi : Maintenant on fait quoi ?

Moi : On pourrait faire un tour au Tropical Land ou se rendre à l'Haido City Hotel pour une nuit de plaisir ?

Shinichi : Mouais.... Il parait que Kaitō Kid va voler le célèbre "Oeuf de Mère Grand" fait en Or avec un peu de chocolat, et comme d'hab, il a laissé une lettre avec une énigme pour qu'on cherche comment il va s'y prendre pour le voler.

Il me tendit la lettre où je pouvais voir écrit en anglais "Je vais passer par la fenêtre et prendre l’apparence de Boris pour prendre l’œuf et me barrer en deltaplane, j'avais pas la tête à faire une putain d'énigme aujourd'hui."

Shinichi : Je ne comprends pas l'énigme.

Il est con mais c'est mon con à moi.
Soudain un bruit me tétanisa de peur, c'était Eisuke Hondo qui arrivait en courant, nous ayant reconnu.
Je ne pouvais plus supporter ce mec, il était tellement débile que ça me faisait peur, et ce fut pareil pour le fous de Sherlock Holmes à mes cotés.
Heureusement une personne se mit en travers du chemin de l'étudient et le décapita violemment avec une machette avant de se tourner vers nous en léchant sa lame.
Oh mon dieu, c'es Ran !
En effet la jeune lycéenne nous regarda avec des yeux de psychopathes et commença à rire frénétiquement comme une malade, c'était pas notre journée.

Ran : Shinichi ! Tu oses me tromper avec cette pute !?

Shinichi : Alors déjà c'est prostituée et puis... Un fantôme derrière toi !

Ran : AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHH !!!!!! Où ça !!!!!!?????

Shinichi : Vite Shiho fuis, je m'occupe d'elle !

J'étais déjà parti avant qu'il ait fini sa phrase, courant aussi vite que je pouvais alors que la nuit tomba d'un coup à 15 heure, on se serait cru dans un film d'horreur.
Sans m'en rendre compte, je venais d'entrer dans un vieil immeuble en démolition et donc complètement abandonné, la porte se referma derrière moi, me laissant prisonnière de cet endroit sombre.
Je sortis ma montre torche et j'éclairais l'endroit pour ne voir que poussière et toiles d’araignées.
Je dois sortir d'ici, et vite !
Je m'avançais dans cet endroit malfamé et je remarquais assez vite une traînée de sang menant à une pièce à ma gauche.
Je la suivis pour arriver au fin fond de la pièce où m'attendait un triste spectacle.
En effet le corps sans vie de Yumi Miyamoto se trouvait là, assit contre le mur avec une entaille sur le visage, surement causé par la machette de l'autre tarée.
Faut vraiment que je me barre d'ici avant de finir comme elle.
Du bruit attira mon attention, quelqu'un venait d'entrer dans la même pièce que moi.
Je me retournais subitement et je braquais ma lampe sur l'individu devant moi.
Je fus soulagé de voir que ce n'était que Ninzaburo Shiratori qui semblait surprit de me voir.

Ninzaburo : Qu'est ce que tu fais là ?

Moi : Je fuis Ran qui a décidé de tuer tout le monde, et vous ?

Ninzaburo : Je suis à sa rechercher aussi avec Sato et Takagi, ce con l'a laissé s'échapper.... Merde Yumi est morte, elle me devait 15 000 Yens.

Le repos fut de courte durée, car il se prit un choc à l'arrière de la tête et il s'écroula mort devant moi.
Je vis alors qu'il s'était prit une machette et je remarquais une silhouette que je connaissais bien se trouvant sur le pas de l’endroit où se trouvait autrefois une porte.
Ran Mouri se trouvait là, les mains dans le dos comme je le fais habituellement, entièrement couverte de sang et avec un sourire du psycho sur la tronche.
Elle commença à tituber très lentement en ma direction sans que je n'ai d'échappatoire.

Ran : Oh oui ils flottent Haibara, ils flottent et quand tu seras en bas avec moi tu flotteras aussi !

Moi : Tu pique des répliques du film "Ça" maintenant ? Bordel, où sont Sato et Takagi ?

Ran : Là !

Je la vis sortir de derrière elle les têtes des deux officiers de police, ce qui anéantit complètement mes espoirs alors qu'elle jeta ce qu'elle tenait en main pour reprendre la machette tandis qu'elle était qu'à deux mètres de moi.
Mon heure est venue.... Shinichi doit être mort lui aussi... Avec moi, ça fera 8 morts causés par cette dégénérée mentale.
Alors que mon compte semblait bouclé pour de bon, l’inattendu se produit.
Un bruit bien trop familier à mes oreilles se fit entendre, et Ran sombra par terre après s'être pris une balle dans le dos.
Mon sauveur, c'était lui, vous l'aurez deviné.

Moi : Shinichi...

Il se tenait à son tour sur l'entré de la pièce, vêtu d'un smoking et de lunettes de soleil noirs, lui donnant un coté cool. Il rangea son beretta et me regarda avec ses yeux de chien battu.

Shinichi : Shiho...

Moi : Où est ce que t'étais passé !? Idiot....

Shinichi : Oi oi, Shiho ! Après que tu sois parti, Ran m'a poussé violemment et t'a poursuivi. J'ai essayé de vous rattraper mais je suis tombé sur Naeko qui attendait le retour de ses collègues ainsi que l'arrivé des renforts. Elle m'a prêté son arme et je viens d'arriver là, juste à temps à priori.

Moi : Ouais... On fait l'amour ?

Shinichi : Allez !

Il commença à se déshabiller tout en évitant les cadavres sur le chemin et il se retrouva bientôt sur moi, et le rapport sexuel commença.
On ne se doutait pas une seule seconde que comme dans tout film d'horreur, le tueur se relever pour un dernier frisson.
Par chance cette folle se prit une balle en pleine tête qui la fit taire à jamais.
Nos regards se tournèrent une énième fois vers une nouvelle personne à quelques mètres de nous qui décapita le corps de Ran.
C'était un homme costumé en rouge et noir, avec deux pistolets et deux katanas.

Deadpool : Désoler de m'incruster comme ça mais j'avais besoin de me défouler, continuez vos trucs.

Et nous écoutions ses conseils et nous reprenions nos activités très intéressantes tandis que les sirènes se firent entendre au loin.

POV 3ème Personne 

Pendant ce temps, un nouveau patient entra dans la salle d'attente du cabinet du Docteur Tomoaki Araide.
L'homme en question n'était autre que Makoto Kyogoku qui venait de perdre un bras dans un duel de karaté face à Jackie Chan, il regrettait fortement de l'avoir combattu.
Deux autres personnes se trouvaient dans la pièce, déjà celui le plus proche de l'entré du cabinet du médecin qui était Gosho Aoyama, le créateur de Détective Conan.
Mais le petit ami de Sonoko décida de s'asseoir a coté de l'autre personne, Jirokichi Suzuki qui avait son chien, Lupin, assit sur ses jambes.

Jirokichi : Rassure moi, t'es le vrais Makoto, celui qui a épousé ma nièce ?

Makoto : Oui pourquoi ?

Jirokichi : Je voulais être sur c'était pas Kaito Kid déguisé en toi... Car dés que j'apparais dans un épisode, ce con est là, je pourrais pas être tranquille au moins une fois.

Makoto décida de se taire et il regarda la porte face à lui.
Derrière celle ci dans le cabinet, Tomoaki était en proie à deux membres des hommes en noirs qui voulaient le tuer.
Kir, alias Hidemi Hondou une taupe de la CIA, et Bourbon, alias Rei Furuya une taupe de Police Secrète Japonaise.
Les deux avaient enfilé des gants de boxes pour lui péter sa gueule à l'ancienne, ouais c'était con, comme une grosse partie de cette histoire.
Heureusement quelque chose de totalement imprévue sauva la vie du médecin.
Le plafond s'effondra, créant un nuage de fumé et sous les yeux ébahit des trois personnes, quelqu'un apparut.
C'était Roger l’extraterrestre qui semblait être aussi paumé qu'eux.

Roger : J'ai dû louper mes calculs, on est pas au Pentagone, je suppose. Ils ont vraiment de la merde à la CIA.

Cette apparition de ce personnage laissa présagé de ce qu'allait être la prochaine histoire.
En tout cas ce fut une journée ordinaire dans Détective Conan.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 20 Aoû - 21:57 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du Forum -> Roman -> Une Journée Ordinaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com