les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du Forum
les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le Norvégien et le Raciste

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du Forum -> Roman -> FIC
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Le Big Boss
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 23 Avr 2013
Messages: 464
Localisation: Jardiland

MessagePosté le: Mer 4 Nov - 00:10 (2015)    Sujet du message: Le Norvégien et le Raciste Répondre en citant

Une journée calme et ensoleillée se déroulait dans la petite bourgade de Monpieulavilloie où vivait au 5 Rue Chirac Monsieur Robert Dabeau.
C'était un homme bien bâti, la cinquantaine, il possédait une calvitie naissante qui laissait peu à peu disparaître ses cheveux cheveux grisonnants. Il avait de larges yeux bleus clairs qui avec ses sourcils froncés en permanence, ne lui donnaient pas un air rassurant. Ce qui n'aidait pas non plus étaient son gros nez souvent rouge, sa barbe mal rasée, sa mâchoire carrée et son ventre bidonnant.
Il était 14 heures ce jour là et comme à son habitude Mr Dabeau était avachi sur le canapé du salon, seulement vêtu d'une paire de chaussette blanche, d'un slip blanc et d'un tee shirt gris mal lavé.
Il regardait une retransmission d'un discours du porte parole du Front National tout en buvant une bière.
C'est alors que la sonnette de la porte d'entrée se fit entendre.
Il se souvint alors que son fils, Michael, l'avait appelé la veille pour lui dire qu'il revenait en France après avoir fait des études en Norvège.
L'homme d'âge moyen alla donc ouvrir la porte et fut surprit de voir son enfant de 21 ans en compagnie d'un autre homme du même âge, les cheveux raides et blonds avec des yeux bleus pétillants.

"Salut pà.
- Hé bien je vois que tu as ramené un souvenir, répondit le père d'un ton désagréable, il est où son marteau au nom imprononçable ?
- Je me présente, Felitz Gotsef, je peux voir que vous avez de forts préjugés à mon encontre.
- Au moins, il sait parler français, c'est le minimum !
- Papa... Tu pourrais nous laisser entrer ?"

Le père obtempéra et laisse les deux jeunes entrer dans la porcherie et s'installer sur l'un des deux canapés du salon, celui semblait le plus propre, tandis que Robert prit l'autre après s'être recherché une canette pour la route.

"Alors comment vous êtes vous rencontré la tête blonde et toi ? Demanda t-il en riant fort bruyamment.
- Hé bien...
- Laisse moi répondre Mich, la réponse est simple, nous étions tout simplement voisins de table. Mais après quelques discutions nous noue sommes découvert des points communs comme le goût pour la littérature de votre pays et que au passage ma mère était française, elle a connu mon père lors d'un de ses voyages et l'a épousé avant de décider de vivre avec lui en Norvège.
- C'est bien, il me rassure, c'est en fait un de chez nous techniquement !
- Vous êtes étroit d'esprit Mr Dabeau.
- Pardon !?
- En quoi cela dérange t-il que je sois norvégien ou français, ou si j'étais russe, huron, turc, belge, etc ?
- Hé bien...
- Parce que je ne mords pas.
- Vous êtes un peu tous les mêmes.
- Tous les mêmes ? Même si physiquement je me rapproche de l'idée du cliché norvégien, et même si beaucoup d'entre nous sont blonds aux yeux bleus, ce n'est pas une généralité, n'est ce pas ?
- Je...
- Si j'avais la même logique que vous, tous les français pour moi porteraient la marinière avec un béret, joueraient de l’accordéon, mangeraient des cuisses de grenouilles à longueur de journée et seraient de parfaits gentlemans. Mais vous êtes loin d'être ce cliché Mr Dabeau et Mich non plus. Que pouvez vous me rétorquer à cela ?
- Hé bien... Je... Comment dire ?"

L'homme mal rasé semblait déjà à court d'arguments comme le seraient la grande majorité des racistes et xénophobes dans son genre dans la même situation.
Felitz décida de se taire un peu pour laisser la discutions entre le père et le fils se dérouler.

"Je ne peux rien répondre à cela, il semble que vous ayez raison.
- Tu vois papa, quand tu veux, tu peux enfin enlever tes mauvaises idées de la tête.
- Ouais, c'est vrais... Bon je vous sers quelque chose ?
- Un orangina, s'il te plait.
- Juste de l'eau, merci."

Robert Dabeau partit dans la cuisine et ramena leur boissons avant de retourner à sa place. Felitz fit alors un petit coup de coude à son ami comme un signal pour qu'il dise quelque chose.

"Au fait papa, je voulais t'annoncer quelque chose, Felitz et moi, nous sortons ensemble."

Les feux jeunes hommes s'échangèrent un petit regard complice avant de faire un petit baiser de couple.
Le père écarquilla ses yeux et fut bouche bée devant ce spectacle, il en tomba même dans les pommes tellement le choc fut dur pour lui.
Il y avait encore un long chemin à faire pour son cas.

Note de l'auteur : Fin, j’espère que ça vous à plus ^^


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Nov - 00:10 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les folles aventures de maxime moulin au pays du jeu vidéo Index du Forum -> Roman -> FIC Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com